Medip@ss Connexion

Avec Diapason, le CH de Castres-Mazamet simplifie le paiement des soins

Type d'actualités Actualités Date Le 10 Février 2019

En France, plus de la moitié des paiements se font par carte bancaire. Puisqu’il s’agit du moyen de paiement privilégié des Français, la Direction générale de l’offre de soins a décidé de le déployer également au sein des établissements de santé via le dispositif Diapason. Lancée dans le cadre de la simplifi cation administrative du parcours du patient à l’hôpital (programme Simphonie), cette modalité de paiement permet de débiter automatiquement le reste à charge du patient via l’empreinte de sa carte bancaire. Elle est intégrée dans le logiciel de gestion administrative du patient des établissements.

Un fonctionnement simple

Lors de son arrivée à l’hôpital, le patient est informé du nouveau dispositif par l’agent d’accueil qui lui explique le mode de fonctionnement,
en précisant notamment le montant maximal du débit. S’il accepte, il entre son code de carte bancaire à quatre chiffres sur le terminal de paiement et peut, après sa consultation, quitter l’établissement sans autre formalité administrative. Lorsque le montant de la facture est connu, le patient est informé par SMS et e-mail du montant qui sera débité automatiquement trois jours plus tard. Si le montant dépasse le maximum prévu, le débit n’a pas lieu, et le patient est redirigé vers une autre modalité de paiement. Afin de rendre ce procédé opérationnel, la Centrale d’achat de l’informatique hospitalière (CAIH) a attribué un marché à la société Ingenico, spécialisée dans les solutions de paiement. En parallèle, les éditeurs de logiciels de GAP, dont le groupement d’intérêt public MiPih, ont participé aux travaux de conception de Diapason avec l’Asip Santé.

Un gain économique pour l’établissement, un gain de temps pour le patient

Le Centre hospitalier intercommunal de Castres-Mazamet est le premier site expérimentateur de ce nouveau moyen de paiement, dématérialisé et innovant. « Nous avons en premier lieu participé à un groupe de travail avec le MiPih pour développer le module dans la GAP Pastel, puis expérimenté la solution de juin à décembre 2018 », explique Julie Piotrowski, responsable du service admission-facturation au Chic de Castres-Mazamet. Actuellement, peu de paiements ont été effectués via une prise d’empreinte. « Conformément aux préconisations du groupe de travail, nous ne proposons ce type de paiement qu’aux patients en consultation externe, hors urgences. L’établissement a de son côté décidé de le limiter aux patients susceptibles d’avoir un reste à charge
inférieur à 40 euros, précise Patricia Hernandez, agent des admissions. De plus, la majorité des patients dispose d’une mutuelle, et le reste à charge est donc nul pour eux. » Les patients quant à eux semblent satisfaits de ce nouveau type de paiement. « Ils ont l’habitude d’utiliser leur carte bancaire dans leur quotidien et gagnent ainsi du temps à l’accueil. Mais les personnes âgées notamment sont parfois un peu réticentes », ajoutet-elle.

1,4 milliard d’euros de reste à charge pour les hôpitaux

Au-delà du patient, la solution Diapason se veut être un avantage pour l’établissement. Le reste à charge global des patients s’élève en France à 1,4 milliard d’euros sur les 46,8 milliards d’euros du total des recettes, ce qui entraîne des pertes de recettes hospitalières atteignant les 550 millions d’euros par an. Avec Diapason, les établissements doivent connaître une optimisation de leurs recettes, notamment via les sommes inférieures à l’actuel plancher de titrage à cinq euros, une augmentation du taux de recouvrement et un encaissement plus rapide des créances des patients. Pour les équipes hospi talières, les conditions de travail sont améliorées dans la mesure où elles n’ont plus à se préoccuper du recouvrement des créances des patients, tâche répétitive à faible valeur ajoutée. « Nous sommes encore en phase de rodage, mais Diapason va permettre de récupérer une partie des restes à charge ; c’est une bonne nouvelle », conclut Marie-Ange Fortanier, adjointe des cadres au service des admissions. À l’issue du bilan de l’expérimentation nationale, le dispositif s’étendra aux établissements équipés de Pastel au cours de l’année 2019. n
Avec Diapason, le CH de Castres-Mazamet simplifie le paiement des soins
Une nouvelle modalité de prépaiement intégrée au logiciel de gestion administrative du patient du MiPih, Pastel, offre aux patients la possibilité de payer leur reste à charge par carte bancaire. Elle est aujourd’hui utilisée au Centre hospitalier Intercommunal (Chic) de Castres-Mazamet. Une première !


WWW.DSIH.FR | FÉVRIER 2019

 

© Copyright-2015 Mipih - Crédits Opus Conseil